« Jean-Pierre Bechter approuve totalement la décision et la promesse d’Emmanuel Macron, président de la République, de supprimer la taxe d’habitation, impôt vieux de 103 ans et totalement injuste. »

Les Corbeil-Essonnois-ses peuvent lire cela en ouvrant le journal municipal du mois de novembre. Voilà un maire qui affirme ce qui paraît être une évidence et qu’en l’énonçant se dit qu’il caresse à bon compte ses concitoyens dans le sens du poil. A y regarder de plus près, cette idée très politique de notre maire LR de Corbeil-Essonnes pose pour le moins quelques questions elles aussi très politiques.

« vieux de 103 ans »

Ce qui m’a d’abord alerté, c’est l’idée qu’une mesure, ici un impôt mais il pourrait s’agir de toute autre règle ou croyance, datant de plus d’un siècle serait caduque.

•* Dépassée la déclaration des droits de l’homme et du citoyen datant de 1789 qui stipule que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » ? Cela aide toujours à faire passer la loi qui s’en prend aux libertés individuelles en faisant rentrer dans le droit commun l’état d’urgence.

•* Dépassé le code du travail avec des lois datant par exemple de 1841 qui interdit le travail pour les enfants de moins de huit ans ? Cela permet de passer à la trappe des décennies de conquêtes rééquilibrant le rapport de force entre les salariés et les chefs d’entreprise.

•* Dépassée la sécurité sociale de 1945 qui donne le droit à tous les citoyens d’accéder aux soins ? Cela ouvre la voix à son démantèlement pour la remplacer par un système d’assurances privées et par une fiscalisation avec la CSG.

Que dire alors de La Bible datant de 1450 ans avant JC ou du Coran en l’an 630 si l’on croit que la valeur des textes dépérit proportionnellement à leur jeunesse ?

« La taxe d’habitation totalement injuste »

« La taxe d’habitation totalement injuste » laisserait à penser qu’elle le serait plus que tout autre impôt. L’affirmation de notre maire ne tombe pas là au hasard du temps. Les Corbeil-Essonnois-ses viennent de payer leurs impôts locaux et dans cette ville classée au bas de l’échelle des revenus, l’ardoise paraît bien salée. Le revenu moyen à Corbeil-Essonnes est de 1329 euros / mois quand il monte à 1966 euros /mois en Essonne. Corbeil-Essonnes se classe au 30570ème rang sur 36717 communes pour le revenu moyen le plus bas. Au vu de l’état des routes dans notre ville et de la baisse des politiques publiques, peut-être le maire tente-t-il une annonce pleine de bon sens et de justice sociale. Regardons de plus près. Personne ne conteste l’inégalité du calcul de cet impôt qui repose sur la valeur locative de la surface habitable. Celle-ci n’a pas été revue depuis 1971 et ne tient pas compte des revenus des habitants. La taxe d’habitation nécessite d’être repensée. Pour autant les impôts locaux à Corbeil-Essonnes représentent 25 millions d’euros de recettes. Ils sont le moyen d’autonomie financière des communes et par là-même l’un des leviers d’exercer la démocratie locale au plus près des citoyens. Ce que ne dit pas notre maire qui par ailleurs ne cesse de réclamer plus de moyens de la part de l’Etat c’est par quel impôt propose-t-il de remplacer cette taxe ?

•* Par l’impôt sur le revenu ? Mais en quoi est-il plus juste ? L’année même où le président Macron cher à notre maire, vient de supprimer l’Impôt sur les grandes fortunes, l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur les dividendes et de créer la Flat tax ce qui fera perdre 20 milliards d’euros aux caisses de l’Etat et gagner la même somme aux quelques familles les plus fortunées de notre pays.

•* Par la TVA ? Impôt tout aussi injuste payé par chacun sur la consommation des biens indépendamment de ses revenus.

De même, le maire ne dit pas ce qu’il pense de l’augmentation de la CSG pour les retraités et de la baisse des APL pour les plus démunis. Jean-Pierre Bechter ne va pas jusqu’à proposer la disparition de tous les impôts auquel cas il lui faudrait tout de même expliquer comment financer les hôpitaux, les écoles, la justice et la police. Mais sa petite musique participe bien du concert Macronien qui consiste à supprimer toujours plus de politiques publiques et à faire financer celles qui restent par les plus démunis au profit des plus aisés. Rappelons qu’en 5 ans les 500 plus grosses fortunes françaises ont vu leur patrimoine gonfler de 20% pendant que 9 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté dans notre pays. Rien d’étonnant à ce Jean-Pierre Bechter ait préféré Manuel Valls à nos candidats insoumis aux dernières législatives et s’accommode si bien du « président des riches ».
__ Décidemment, la petite phrase de Jean-Pierre Bechter n’a rien de gratuit.__