Les 1er et 8 juillet prochains se tiendra une élection départementale partielle suite au décès de Serge Dassault. Nous partagions la même passion pour Corbeil-Essonnes et ses habitants. Mais nous divergions profondément sur le projet et surtout sur les méthodes. Le moment viendra où il sera nécessaire de tirer tous les enseignements des décennies écoulées.

Dans seulement trois semaines les électeurs-rices seront appelés à renouveler le siège de leur conseiller-e départemental-e et d’un-e suppléant-e. Autant dire que le temps consacré au débat sera limité. Il y aurait pourtant beaucoup à dire et à constater.

Depuis trois ans la nouvelle majorité départementale LR-UDI n’a eu de cesse de démanteler les politiques publiques mises en œuvre depuis 1998. A commencer, dès 2016, la hausse vertigineuse des impôts de 29% et des coupes budgétaires massives. Elles n'ont épargné aucun domaine utile aux populations : suppression de la carte jeune, des aides aux transports, à la vie associative, au logement, aux clubs sportifs, aux locataires du Parc HLM, à la petite enfance, aux retraités ou aux personnes atteintes d'un handicap. Cette majorité départementale est à l'unisson de la politique de Macron : même hargne contre tous nos services publics. Casse des hôpitaux publics, de la SNCF, de la Poste ou des EHPAD. Même mépris pour leurs salariés confrontés à des baisses d'effectifs et de moyens, générant d'insupportables conditions de travail. Aux ultras-riches toutes les faveurs. Au peuple, toutes les régressions sociales.

L’élection partielle à venir doit être l’occasion d'envoyer un message clair au gouvernement, comme à ses relais locaux et départementaux. Et aussi à Manuel Vals qui après avoir tout trahi, veut maintenant se faire élire Maire de Barcelone ! Tous ceux-là sont à jamais discrédités. Nous avons besoin d'un-e Conseiller-ère départemental-e à même de porter notre voix et nos espoirs au seing de l'Assemblée départementale. C'est à notre portée. A la condition qu'émerge une candidature de large rassemblement citoyen. Dans les heures qui nous séparent du dépôt de candidature je vais, sans relâche, m'y consacrer. Moi-même je ne serai pas candidat. J'appelle les forces de gauche, écologistes, associatives et citoyennes, à travailler ensemble à l'émergence d'une candidature issue du cœur battant et généreux de Corbeil-Essonnes. Nous en sommes riches. Portée par tous elle peut être victorieuse.