Réussir enfin le rassemblement dans la première circonscription de l’Essonne

Un an après avoir déclaré son amour pour la France et pour les Essonniens, Manuel Valls déclare sa flamme à Barcelone. En son temps c'est surtout pour la finance que l'ex premier ministre savait trouver les mots les plus doux. Quand ça va mal pour elle, la finance se délocalise. Valls fait de même. Bon vent. Mais il n'y a rien d'étonnant au goût amer que cela laisse à celles et ceux qui attendent encore quelque chose de la démocratie représentative.

En démissionnant, l'ex-député provoque une nouvelle élection législative. Elle doit être l'occasion pour les habitants de la première circonscription de l'Essonne de se faire enfin représenter à l'assemblée nationale par un député présent et utile. Les sujets ne manquent pas: défendre les usagers des transports en commun avec la ligne C et D du RER, soutenir les personnels de l'hôpital sud francilien mais aussi ceux de l'éducation nationale, porter la parole des milliers d'Essonniens au sud du grand Paris qui ont besoin d'emplois, de développement économique et de logements, agir haut et fort pour l'urgence environnementale, arrêter de s'en prendre aux retraités, donner de l'espoir aux milliers de jeunes qui souhaitent réussir leur projet de vie. Autant de besoins contrecarrés par un an de politique du président des riches.

La candidature de Farida Amrani et d'Ulysse Rabaté est d'évidence la mieux à même de relever ce défi. Quelle chance se serait pour des milliers d'Essonniens d'être défendus et représentés à l'Assemblée nationale par cette jeune femme politique. Pour gagner dans quelques semaines, les conditions d'un large rassemblement doivent être créées. Je fais partie de ceux qui militent pour que la vie politique soit toujours plus l'affaire des citoyens, qu'elle ne soit pas captée par des partis ou des mouvements qui éloignent les intéressés de la prise d'initiative. Plus que jamais la politique a besoin de démocratie où chacun compte pour un, où les conditions du débat et de l'échange sont respectées. C'est pourquoi, il est urgent qu'une initiative politique ouverte à toutes et tous, citoyens, partis, organisations, mouvements, soit prise pour que leur candidature ne soit pas seulement celle d'une seule organisation mais celle d'une dynamique citoyenne où chacun ait son mot à dire. Alors, cette fuite de Manuel Valls aura aussi contribué à régénérer une vie politique bien abîmée.

Bruno Piriou

Conseiller municipal de Corbeil-Essonnes

Conseiller communautaire de Grand Paris Sud